We are apologize for the inconvenience but you need to download
more modern browser in order to be able to browse our page

SÉCURITÉ

La tranquillité des acheteurs et
des consommateurs rend
l’entreprise fière.

16 février 2018

Diabète et charcuterie

Un régime correct joue un rôle fondamental dans la thérapie du diabète.
“Buono a sapersi” aux soins de Jessica Lops (Diététicienne)  

Le terme diabète indique une maladie chronique caractérisée par une concentration élevée de glucose dans le sang due à une carence d’insuline dans l’organisme humain.
Le diagnostic, obtenu en effectuant des examens sanguins, doit être précoce afin de prévenir le développement de complications au niveau de la rétine, des reins et du cœur.
La thérapie est basée sur trois principes essentiels:

  • Eduquer le patient à gérer de manière autonome sa maladie et à contrôler sa glycémie à la maison
  • La diétothérapie
  • L’activité physique

La diétothérapie joue un rôle fondamental dans le traitement de cette pathologie et comprend la réduction des sucres simples et des graisses saturées ainsi que l’augmentation de la consommation de fibres. De plus, il est nécessaire que le patient fasse des repas complets composés de glucides et de protéines en répartissant équitablement, sur les trois repas principaux, ses apports en glucides complexes comme les pâtes, le pain, les biscuits, etc.
Pour obtenir une alimentation équilibrée, il est toutefois recommandé d’ingérer chaque aliment en quantité correcte et de respecter les fréquences avec lesquelles ils doivent être consommés.
Bien que controversée, la consommation de charcuterie n’est absolument pas interdite. Au contraire, les morceaux maigres comme le jambon cuit (100 kcal pour 50g de produit), la bresaola (….pour 50g) et le jambon cru (170 kcal pour 50g de produit), découennés et associés à une source de glucides, constituent un repas indiqué et équilibré pour une personne souffrant de diabète. Pour être clair, le sandwich au jambon constitue l’une des collations les plus appréciées des personnes souffrant de cette pathologie, consommé bien entendu avec « modération ».

Le diabète se distingue en diabète de type 1 et diabète de type 2.
Le diabète de type 1 est souvent associé à une prédisposition génétique, à la présence de marqueurs de maladies auto-immunes, à la distribution des cellules bêta pancréatiques et à un manque important d’insuline. Il se traite par insulinothérapie. Il est très fréquent chez les enfants et les adolescents.
Le diabète de type 2, répandu au contraire chez les adultes, est dû à plusieurs causes qui interagissent entre-elles, comme la prédisposition génétique et l’action de facteurs environnementaux. Le surpoids et l’obésité, dus à une alimentation déséquilibrée riche en graisses saturées et sucres simples, font partie des facteurs environnementaux qui peuvent en favoriser l’apparition.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Nourrir à l'hôpital
Maladie coeliaque et charcuteries

Comments are closed.

Top
LOADING CONTENT